Observatoire des inégalités
Commandez le « Rapport sur les riches en France »                               X Fermer
Bouton menu

Contre les inégalités, l’information est une arme

Bouton soutenir
Revenus, patrimoine, pauvreté

Quels sont les seuils de richesse selon le type de ménage ?

Données 19 juin 2020

À quel niveau peut-on considérer qu’on est riche quand on vit seul, en couple, quand on a des enfants ou non ? Il existe deux manières de fixer un seuil qui ont chacune des avantages et des inconvénients.

Revenus et patrimoine Riches

L’Observatoire des inégalités propose de fixer le seuil de richesse au double du niveau de vie médian [1]. Mais comment calculer ce seuil quand on vit en couple ou avec des enfants ? Pour commencer, on peut observer les revenus de chaque type de ménage (on raisonne toujours après impôts et prestations sociales). Dans les données du graphique ci-dessous, nous indiquons le revenu médian et nous fixons deux seuils : le seuil des 20 % les plus aisés et le seuil de richesse.

Avec nos données (qui portent sur l’année 2017), une personne seule est considérée comme « aisée » si elle gagne plus de 2 300 euros net mensuels. Comme le niveau de vie médian des personnes seules est de 1 577 euros, le double vaut 3 155 euros mensuels (attention à pas confondre ces valeurs avec notre seuil de richesse équivalent de 3 470 euros pour une personne seule, comme on le verra plus loin). Pour les familles monoparentales, les seuils sont respectivement à 3 000 euros et 4 200 euros. En ce qui concerne les couples sans enfant, ils sont considérés comme aisés au-delà de 4 500 euros et riches à partir de 6 200 euros. Les familles avec deux enfants sont aisées à partir de 5 800 euros et riches à partir de 8 200 euros.


Lecture : un couple sans enfant est considéré comme riche à partir de 6 200 euros.
Avertissement : ces données par type de ménage ne doivent pas être confondues avec notre seuil de richesse (voir ci-dessous).
Source : calculs de l’Observatoire des inégalités d’après l’Insee – Données 2017 – © Observatoire des inégalités

Ces données ont un grand mérite. Elles décrivent ce avec quoi vivent vraiment les familles, ce qu’elles ont pour dépenser. Elles ont aussi des défauts. D’abord, elles ne sont pas assez fines : on devrait distinguer par exemple les familles monoparentales en fonction du nombre d’enfants. Mais surtout on ne peut pas comparer les types de ménages entre eux, les mettre sur le même plan. Dire qu’un célibataire qui gagne X euros a le même niveau de vie qu’un couple qui touche Y euros.

Pour faire cette comparaison complexe, il faut utiliser ce que l’Insee appelle des « échelles d’équivalence ». Pour cela, l’Insee découpe le gâteau des revenus du ménage en parts qui correspondent approximativement aux dépenses : une part pour le premier adulte, 0,5 part pour le deuxième et toutes les personnes de plus de 14 ans et 0,3 part pour les enfants de moins de 14 ans. Ces parts, l’Insee les appelle des « unités de consommation ».

En prenant en compte ce découpage, notre seuil de richesse est de 3 470 euros par mois pour une personne seule (en réalité, il faudrait dire « une unité de consommation »). C’est celui que nous utilisons dans notre rapport sur les riches en France. Il équivaut à 5 200 euros pour un couple sans enfant, à 7 300 euros pour une famille avec deux enfants de moins de 14 ans et à 8 300 euros pour une famille avec trois enfants de moins de 14 ans. Tout ceci, encore une fois, après impôts et prestations sociales. Vous pouvez ainsi vous-même calculer un seuil de richesse pour n’importe quel type de famille en comptant le nombre de parts selon la méthode expliquée plus haut et en le multipliant par 3 470 euros.

L’avantage de cette méthode est que tout le monde est mis sur un même plan. On peut dire qu’un couple qui touche 5 200 euros vit aussi bien (d’après l’échelle utilisée par l’Insee) qu’une personne seule avec 3 470 euros. Son inconvénient est qu’il s’agit de calculs théoriques, ce n’est pas ce que gagnent vraiment les familles.

Prenons deux exemples pour bien illustrer la différence. Le niveau de vie médian de l’équivalent théorique d’une personne seule est de 1 735 euros mensuels et le revenu médian réel des personnes seules de 1 577 euros. Selon la méthode choisie, on aboutit donc à deux seuils, l’un de 3 470 euros et l’autre de 3 155 euros. Nous utilisons le plus souvent le seuil à 3 470 euros parce qu’il permet d’établir des comparaisons entre différents types de ménages, mais il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un chiffre très théorique.

* Enfants de moins de 14 ans. Lecture : un niveau de vie mensuel de 3 470 euros pour une personne seule équivaut à 7 287 euros pour un couple avec deux enfants.
Source : Insee – Données 2017 – © Observatoire des inégalités

Graphique        Données

Photo / © Maryia Plashchynskaya


[1Le niveau de vie médian partage la populatio en deux : la moitié gagne plus, la moitié gagne moins.


Date de première rédaction le 19 juin 2020.
© Tous droits réservés - Observatoire des inégalités - (voir les modalités des droits de reproduction)

Affiner
Revenus, patrimoine, pauvreté


Autres thèmes

> Emploi > Éducation > Lien social et politique > Conditions de vie > Catégories sociales > Âges et générations > Femmes et hommes > Europe > Français et étrangers > Territoires > Monde

Sur le même sujet

Points de vue 22/09/2020
Le bonus aux héritiers de La République en marche : une gifle pour la France populaire
Données 11/09/2020
À quels niveaux se situent les seuils de pauvreté en France ?
L’essentiel 10/09/2020
L’essentiel des inégalités de revenus : quels chiffres retenir ?
Points de vue 09/09/2020
Pauvreté et inégalités, le retour
Données 09/09/2020
La pauvreté augmente à nouveau en France
Données 09/09/2020
Les inégalités de niveau de vie repartent à la hausse
Analyses 08/09/2020
Combien compte-t-on de personnes sans domicile fixe en France ?
Analyses 08/09/2020
Héritage : comment transmettre un million d’euros sans payer d’impôts
Données 03/09/2020
Les plus hauts revenus des non-salariés
Données 28/08/2020
La pauvreté augmente chez les plus jeunes, mais n’épargne pas les plus âgés